Archives de Tag: L’Appel de Cthulhu

Le test de Bechdel-Wallace appliqué au jeu de rôle

Je ne vous apprend rien, les hommes sont sur-représentés dans les œuvres de fiction, et notamment les films. C’est le syndrome de la Schtroumpfette. Le test de Bechdel-Wallace est un petit questionnaire rapide qui permet, en trois questions, de déterminer le côté sexiste d’un film. Alors, pourrait-on avoir un test similaire pour le jeu de rôle ?

test de bechdel wallace

Le test de Bechdel-Wallace tire son nom d’une planche de BD d’Alison Bechdel dans sa série Dykes to watch out for (Lesbiennes à suivre). Dans cette planche, l’amie de Bechdel, Liz Wallace, lui explique qu’elle a un petit truc pour déterminer si un film est sexiste : elle se pose trois questions très simples…

  1. Le film comporte-t-il au moins deux personnages féminins ?
  2. Ces personnages parlent-elles ensemble ?
  3. Parlent-elles d’autres choses que d’un personnage masculin ?

Pour que le film soit jugé non sexiste, il faut que la réponse à ces trois questions soit oui. Ce n’est sans doute pas l’outil ultime, mais sa simplicité nous permet de l’appliquer à un film de manière très rapide.

Et là c’est le drame. Car oui, ami geek qui lit ce blog, beaucoup d’œuvres que toi et moi vénérons en tant qu’amateur de « cultures de l’imaginaire » ne passent pas le test. Star Wars ? Raté. Le Seigneur des anneaux ? raté. Blade Runner ? raté. Retour vers le futur ? Le guide du voyageur galactique ? Minority report ? Avatar ? Avengers ? Pirates des Caraïbes ? Bref, vous voyez le tableau. Alors oui, il y a aussi des films de geek qui passent le test (la plupart des Harry Potter, Matrix, par exemple), mais l’autre drame c’est que même en réussissant le test, un film peut tout de même laisser une place écrasante aux personnages masculins (Dans Matrix, 81% des dialogues sont prononcés par des hommes, même score en moyenne pour les Harry Potter, 87% pour Avengers – source). Bref, passer le test de Bechdel-Wallace n’est pas la preuve que le film n’est pas sexiste, mais c’est déjà un pas en avant…

Et pour le jeu de rôle ?

Tel quel, difficile d’appliquer le test à un jeu de rôle ou à un scénario. Mais on pourrait tout de même envisager quelque chose de similaire. À mon sens, il faut séparer les jeux des scénarios, car des questions différentes doivent être posées.

Pour un jeu
  1. Le jeu permet-il d’incarner des PJ féminins ?
  2. Ces PJ féminins ont-ils des capacités identiques aux PJ masculins ?
  3. Ces PJ féminins apparaissent-ils en égale mesure dans les illustrations du jeu ? (Et en bonus, les femmes sont-elles illustrées par autre chose que des vamps sexy à moitié nues ?)

Petite expérience au hasard sur quelques jeux, juste comme ça pour voir…

  • Héros & Dragons (Manuel des règles) | Réussi
  • L’Appel de Cthulhu (Manuel de l’investigateur V7) | Raté. Une immense majorité d’hommes sur les illustrations. Mention spéciale aux prétirés du chapitre 6 qui offrent une vingtaine d’exemples, dont seulement deux femmes. On pourra arguer que le contexte historique années 20 pousse à une hyper masculinisation. Et donc un personnage féminin intéressant dans les années 20 c’est impossible ? Sans déconner…
  • FATE Core (Livre de base) | Raté. Ici aussi beaucoup plus d’hommes que de femmes dans les illustrations. On notera tout de même que les femmes sont montrées de manière tout aussi badass et compétentes que les hommes, ce qui est déjà un très bon point.
  • In Nomine Satanis, génération perdue (Livre de base) | Raté. Mais de pas loin, on doit avoir 65% d’illustrations de mâles.
  • La lune et les douze lotus | Réussi

Voici la preuve que c’est souvent au niveau des illustrations que le problème se pose. Il y a à ce sujet un véritable progrès, très visible dans la 5e édition de D&D par exemple, mais ça peut encore s’améliorer. Auteurs, responsables de gammes qui demandent les illustrations, et bien sûr illustrateurs ont entre les mains un levier très simple pour continuer à avancer dans le bon sens.

chainmail bikini

Pour un scénario
  1. Le scénario contient-il au moins deux PNJ féminins ?
  2. Ces PNJ ont-elles une interaction avec les PJ ?
  3. Cette interaction est-elle autre chose que « sauvez-moi » ou « sautez-moi » (ou même « commandez-moi une bière en matant mon décolleté ») ?

Même expérience sur des scénarios variés :

  • Le maître des engoulevents (Appel de Cthulhu – Le musée de Lhomme) Réussi
  • Inspiré de faits réels (Channel Fear – S01E05) Réussi
  • Lost mine of Phandelver (D&D 5 – starter set) Réussi
  • Le Souffle du Dragon (Nephilim) Réussi
  • Thalassauce béarnaise (INS/MV – écran de la 2e édition) Réussi

Cet échantillon pas du tout représentatif pourrait pousser à croire qu’au niveau des scénarios, il n’y a pas de problème flagrant. Il faut se rappeler néanmoins que comme pour un film, le test des trois questions est loin de pouvoir déterminer le véritable caractère sexiste d’un scénario. C’est juste un petit truc qui pourrait faire sonner une alarme « attention, scénario sexiste ». Par contre, le test se révèle utile pour les auteurs de scénarios. Avant publication, chacun devrait réfléchir et s’assurer qu’il n’a pas pondu un scénario dont tous les PNJ importants sont des hommes.

Et autour de la table ?

guerriereVous pouvez avoir le jeu et le scénario les moins sexistes du monde, tout reste à faire autour de la table. Poussons le bouchon et instaurons un test de Bechdel-Wallace destiné aux joueurs :

  1. Est-ce que je considère qu’un PJ féminin peut être badass, compétent, capable de tabasser ou d’intimider quelqu’un ?
  2. Est-ce que je peux avoir une interaction avec un PNJ féminin sans m’inquiéter de son apparence, de son sex appeal et de son score de charisme ?
  3. Est-ce que je peux avoir une interaction avec un PNJ féminin sans tenter de la séduire ?

Si vous répondez oui à chaque question, c’est bon, vous êtes sur la bonne voie…

.

Alors, selon vous, un test de Bechdel-Wallace appliqué au jdr, c’est intéressant, c’est con, inutile ? Ça vous arrive de vous poser des questions sur le caractère sexiste d’un jeu, d’un scénario, d’un joueur, de votre façon de jouer ? Dites-nous tout en commentaire…

Publicités

Choisir son premier jeu

DD_Cartoon_DMAlors comme ça vous voulez devenir maître de jeu? Vous grignotez des chips et lancez des dés depuis quelques temps maintenant, et vous avez décidé de passer de l’autre côté de l’écran pour voir ce qui s’y cache. Bravo, formidable, félicitations. Mais quel jeu choisir? Voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles…

Choisissez selon vos affinités pour un genre

C’est une évidence, mieux vaut choisir un jeu dont le thème vous met directement à l’aise. Fan de Tolkien ou de Game of Thrones? Optez pour du médiéval-fantastique. Vous ne jurez que par Star Wars, Star Trek, Firefly ou Stargate? Le space-opera est fait pour vous. Vous aimez Jason Bourne et James Bond? Optez pour du contemporain. Buffy contre les vampires, Supernatural? Le fantastique est votre choix numéro 1. Il faut en fait que l’univers du jeu vous donne envie de lire le jeu et d’y faire jouer, c’est à dire de vous l’approprier et d’y plonger vos joueurs. Ça ne fonctionnera que si vous croyez vous-même à la beauté de l’univers. Si vous détestez les samouraïs et les « japoniaiseries », inutile d’opter pour un jeu qui vous emmène au pays du soleil levant ou à un dérivé fantastique. Vous n’y prendrez aucun plaisir, et donc aurez bien du mal à donner envie à vos joueurs…

Sachez quel temps vous pouvez investir

Malgré ce que votre MJ habituel essaie de vous faire croire, animer une partie ça demande du temps de préparation. tout d’abord en temps de lecture. Si vous avez déjà mis les pieds dans une boutique, vous aurez pu constater qu’il existe autant de jeux qui tiennent en 120 pages A5 que des pavés de 380 pages A4 avec une police minuscule. Souvent, ces derniers sont d’ailleurs accompagnés d’une foule de suppléments, qui ajoutent encore au volume potentiel de lecture. C’est un critère important à prendre en compte. Un plus gros livre veut dire plus de temps à lire et plus de temps pour se l’approprier. C’est un effort conséquent. Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, mais mieux vaut savoir à l’avance quelle énergie on peut investir dans la lecture du jeu.

Règles simples? Règles complexes?

Si vous voulez devenir MJ, c’est probablement que vous jouez depuis un petit temps déjà. Vous savez donc certainement si vous êtes à l’aise avec les règles ou pas. Si tout ça vous semble toujours du charabia, alors optez pour un jeu avec un système de règles simple. Le patron de la boutique pourra vous aiguiller (enfin, j’espère). C’est quasiment certain: un jeu de 400 pages A4 contient beaucoup plus de règles qu’un petit livre à couverture souple de 120 pages. Mais il y a des exceptions. Ici aussi, prendre en main son premier système de jeu demande d’investir temps de lecture, de compréhension, de test, etc. À vous de déterminer la hauteur de l’investissement que vous voulez bien consentir à faire.

Avec qui allez-vous jouer?

Si c’est votre premier passage derrière l’écran, les joueurs seront probablement votre groupe habituel. Ou bien vous avez décidé de faire découvrir notre loisir à un nouveau groupe, peut-être des néophytes. Bref, il faut savoir avec qui vous allez jouer. Ça rejoint un peu le point précédent: votre groupe de rôlistes chevronnés n’aura aucun mal à plonger dans un univers riche et un système de jeu complexe. À l’inverse, si c’est pour montrer à votre femmes et ses copines ce que vous faites tous les jeudis soir, prenez le plus simple possible, tant au niveau de l’univers que des règles. C’est aussi important de savoir si vous comptez entamer une campagne de longue haleine ou faire deux ou trois séances tout au plus. Dans le second cas, inutile d’investir dans l’univers le plus riche et tordu possible…

Anglophone? Anglophobe?

Revenons à notre boutique. Il y a des jeux en français et des jeux en anglais. Forcément, si vous voulez choisir un jeu dans la langue de Samuel L. Jackson, il vous faut être très à l’aise avec l’anglais. Vraiment. Le niveau de langue est assez élevé. On est ici dans un monde imaginaire, et dans des règles de jeu. Soyez sûr de pouvoir tout comprendre. Sachez aussi que l’univers comportera des noms propres en anglais, ce qui peut être difficile à faire passer à vos joueurs. Se rendre dans la ville de Neverwinter, c’est toujours bizarre. Tout comme faire une « sneak attack »…

La quantité de matériel disponible

C’est décidé. Vous voulez un univers riche, vous n’avez pas peur des règles complexes, vous comptez jouer longtemps et vous plonger corps et âme dans un jeu. Vérifiez donc que tous les suppléments indispensables sont disponibles. Vous avez peut-être flashé pour un jeu un peu plus ancien pour lequel on ne trouve plus les suppléments. À l’inverse, vous avez peut-être choisi un tout nouveau jeu traduit de l’anglais. Les suppléments sont géniaux, mais pas encore traduits. Pourrez-vous attendre? Ou bien les lirez-vous en anglais?

Et sinon, des jeux à conseiller?

Voici donc une petite sélection de 3 jeux qui, selon moi, peuvent faire l’affaire pour une première expérience derrière l’écran…

L’Appel de Cthulhu

L'Appel de CthulhuUn choix quasi évident. Les années 20 sont faciles à se représenter, l’univers du jeu est finalement assez simple et suffisamment évoqué dans le livre de base pour être compris. Au pire, lisez une ou deux nouvelles de Lovecraft et vous verrez de quoi on parle. Les règles sont assez simples, et vous aurez l’embarras du choix pour les scénarios, du plus court au plus long. Vous en trouverez littéralement des centaines entre les suppléments du jeu et internet. Cerise sur le gâteau, la gamme développée par les éditions Sans-Détours est pléthorique et d’excellente qualité. Et puis l’Appel de Cthulhu, c’est un putain de bon jeu…

La gamme « Clé en main » des XII Singes

L'aventure perdue d'Arsène Lupin2012: Extinction, Solipcity, Asgard, le roi des gobelins, l’aventure perdu d’Arsène Lupin. 5 titres tout à fait adaptés pour une première fois. L’univers et les 5 scénarios tiennent dans le livret. les règles sont résumées sur des fiches volantes. Les personnages sont même faits pour vous. En termes d’investissement, c’est léger. La durée de vie est forcément limitée, puisqu’il s’agit de campagnes de 5 scénarios qu’il est difficile de prolonger, mais c’est très bien pour commencer.

Adventure Party : les Terres Perdues

Terres perduesIci aussi tout tient dans la boîte. Les règles, l’univers, les scénarios, les personnages. Tout y est, et tout est vachement bien foutu. le jeu peut aussi être facilement joué avec des plus jeunes, bien que des adultes y prendront plaisir également. Le tout est facilement et rapidement mis en place. Un must !

.

Bref, vous allez choisir votre premier jeu et y faire jouer. C’est un pas important, et le jeu de rôle ne survivra que si d’autres font comme vous. Si vous avez déjà fait ce pas, dites-nous en commentaire quel fut votre premier jeu, et comme s’est déroulée votre première fois…