Archives mensuelles : mai 2016

Quel enjeu pour vos combats ?

Batlle of Hoth Star WarsVous en avez marre des combats qui durent des plombes ? De la succession de jets d’attaque et de dégâts jusqu’à épuisement du stock de bestioles ? Vous avez suivi tous les conseils glanés à gauche et à droite et pourtant il semble toujours manquer quelque chose ? C’est sans doute parce qu’il manque un truc fondamental à vos combats : un enjeu. Je vous propose une astuce simple pour monter les blancs en neige et faire d’un combat une scène importante.

C’est quoi le problème ?

De nombreux combats se résument à éliminer chaque adversaire. Parfois, le MJ a la présence d’esprit de faire fuir les derniers monstres ou de terminer de manière intéressante et valorisante pour les joueurs. Plus souvent, il faut se farder la bataille insipide jusqu’à ce que le dernier gobelin succombe (voire « tombe », puisque nombre de MJ ont la mauvaise habitude, quand un adversaire perd ses dernières plumes, de dire « il tombe ». Putain, il tombe… Quoi, il a trébuché sur une pierre ou bien ?)

Le problème, c’est que le combat n’avait pas d’enjeu clair. Alors pendant un temps c’est sympa de brutaliser des kobbolds et des stormtroopers, mais à un moment faut aussi que le combat serve à quelque chose. On trouve toute une série de conseils sur de nombreux blogs et dans pas mal de bouquins pour MJ pour rendre les combats intéressants. Ces conseils se focalisent souvent sur deux points : utiliser des monstres aux motivations claires et placer le combat dans un décor excitant. Dans le récent « Mener des parties de jeu de rôle« , Romain D’Huissier insiste pour faire des combats des scènes comme les autres, et par conséquent de donner un enjeu au combat. Il a raison. Je me propose de vous donner une astuce simple, chic et pas chère pour ajouter cet enjeu, cet objectif à vos combats. Et vous allez la découvrir pas plus tard qu’en lisant le titre du paragraphe suivant.

Ajoutez une question

The 100Lorsque vous préparez votre partie, ou lorsque vous mettez en place un combat à l’improviste, décrivez la bataille en une question.

Alors je vous arrête tout de suite. Il est interdit de jouer petits bras et de venir avec une question du genre « les personnages vont-ils vaincre tous les monstres? » C’est évidemment une mauvaise question. Il faut ajouter un second élément pour donner du sel à la bataille. Vous pouvez commencer par « les personnages vont-ils survivre aux assauts des monstres… » et continuer avec:

  • pendant qu’ils volent un truc
  • assez longtemps pour tenir une position pour qu’un truc se passe
  • assez longtemps pour pouvoir réparer un truc
  • tout en capturant un adversaire particulier
  • tout en libérant un prisonnier
  • tout en empêchant le rituel impie
  • avant que les renforts n’arrivent et qu’ils soient irrémédiablement submergés
  • sans les tuer car ce sont des innocents qui se battent contre leur gré

Il faut cependant ajouter une autre astuce à celle de la question. Si vous voulez que l’enjeu ait de l’importance, il faut absolument que le combat en lui-même soit difficile, qu’il comporte un risque réel pour les personnages. Sinon ils peuvent simplement se contenter de nettoyer tous les adversaires et s’occuper de l’enjeu par la suite. De nouveau ça n’aurait aucun intérêt.

Vous me direz que tous les combats n’ont pas besoin d’un enjeu

Et vous aurez raison. Dans le même article, Romain D’Huissier classe les combats en différentes catégories, dont celle des combats récréatifs. Le meilleur exemple d’un tel combat est l’embuscade qui n’est là que pour égayer un long voyage. Leur enjeu est souvent faible, voire inexistant : permettre aux joueurs de se défouler et étayer les dires de tous ces PNJ qui ne cessent de rabâcher « n’allez pas pas là, la route est dangereuse ». La preuve qu’il n’y a en général pas d’enjeu aux embuscades de ce type c’est que le MJ ne prévoit pas du tout l’éventualité d’une défaite des personnages et ce qui pourrait se passer ensuite.

Pourtant, vous pouvez aussi terminer la description d’une embuscade par une question pour la rendre intéressante. La notion d’urgence peut vous aider. Les personnages vont-ils survivre à l’embuscade sans perdre trop de temps parce qu’il est urgent qu’ils arrivent à destination ? Ou bien assez vite pour éviter que la nuit tombe et qu’ils soient obligés de bivouaquer à la belle étoile en zone dangereuse ? On peut aller plus loin : arriveront-ils à vaincre les monstres sans faire trop de bruit pour ne pas éveiller l’attention d’un truc qui rôde dans le coin ? Ou sans utiliser la magie parce que chaque utilisation d’un sort dans la région a un effet néfaste ?

Une question appelle plusieurs réponses

C’est le dernier point, mais il a son importance. Puisque votre combat se résume en une question, il faut que vous soyez prêt à accepter la réponse donnée. Si vous partez sur « les PJ vaincront-ils les goules en moins de cinq rounds car le vampire est en train de s’éveiller ? », vous devez accepter l’idée que les PJ échouent et doivent se confronter à un adversaire trop puissant pour eux. S’ils devaient faire fuir les assaillants pour ne pas devoir passer la nuit dehors, soyez prêt à gérer un voyage de nuit ou un bivouaque mouvementé. Si vous ne faites que donner l’illusion que le combat a un enjeu, les joueurs finiront pas découvrir le pot-aux-roses, et vous n’aurez plus jamais l’occasion de les faire stresser avec un combat à enjeu. Bref, la réponse peut souvent se résumer à « oui ou non », mais il faut accepter le « non » et gérer la suite en conséquences.

.

Si vous avez d’autres astuces pour donner des enjeux à vos combats, n’hésitez pas à partager…

Publicités