Il menait ses parties debout…


Piano_deboutC’est peut-être un détail pour vous, mais pour vos joueurs ça peut vouloir dire beaucoup…

Il y a le MJ assis, et le MJ debout. Et il y a une bien plus grande différence entre eux qu’entre un bon et un mauvais chasseur. Mener debout, ou tout du moins se lever pour certaines scènes, comporte son lot d’avantages qui rendront vos parties meilleures. Voyez plutôt…

.

Énergie

Le MJ debout donne une impression évidente de dynamisme. La stature debout demande plus d’énergie que rester assis. Vous avez déjà vu un entraîneur sportif coacher ses joueurs assis ? Bien sûr que non. Le but est de transmettre de l’énergie, et le MJ debout ne peut que dynamiser les joueurs et les rendre plus actifs, plus impliqués.

Capter l’attention

Ça arrive à tous les MJ : vous parlez, et deux joueurs discutent du dernier épisode de Walking Dead pendant qu’un troisième invite une joueuse à boire un verre après la partie. Si vous êtes debout, vous captez immédiatement l’attention de tout le monde, ça vous donne de la stature, de l’importance. Et puis ça joue sur le côté mauvais élève qui bavarde au fond de la classe. Les cancres vont se taire et tourner leur attention vers vous. En vous levant vous mettez donc toutes les chances de votre côté pour être écouté.

Attention cependant. Le MJ ne doit pas être le centre d’attention constant des joueurs. Si le groupe est en train de discuter d’un plan d’action ou de mettre leurs différentes informations et idées en commun, c’est un bon moment pour vous faire discret et vous resservir un Orval. Asseyez-vous, mais n’oubliez pas d’écouter, vous pourriez glaner quelques idées dans la conversation.

Jouer à l’acteur

Pour interpréter vos PNJ, rien de tel que de vous lever. D’abord parce que comme dit précédemment vous capterez l’attention de vos joueurs, mais aussi parce que vous aurez naturellement plus de possibilités. Inutile de vous la jouer Actor’s Studio, mais vous déplacer, vous rapprocher du joueur auquel vous vous adressez, ça donne directement plus de peps à votre PNJ. En étant debout vous aurez aussi naturellement plus envie de bouger les mains, de donner de l’emphase à votre discours ou d’avoir un visage expressif. Quand vous parlez, le ton utilisé et le langage corporel comptent respectivement pour 38 et 55 % du message transmis. Et l’un ne va pas sans l’autre. Si vous jouez sur le ton de votre voix en restant assis, l’impact est bien moindre. Essayez d’avoir l’air furieux, effrayé ou solennel assis. C’est perdu d’avance.

Touch me !

Debout, vous aurez aussi la possibilité de tourner autour de la table et, comble du malaise pour certains, de toucher vos joueurs. Oui, oh mon dieu je l’ai dit, vous pouvez toucher vos joueurs. Bon, restez raisonnables, je ne voudrais pas avoir des procès pour harcèlement sexuel sur le dos. Mais un frôlement, une main sur l’épaule, une poignée de main, tous ces gestes, s’ils collent à la scène, lui donnent un côté « vrai » toujours bienvenu. Pour plus d’impact, gardez les contacts rares et réservez-les aux moments très importants.

T’as le rythme dans la peau

On pourrait faire un article complet sur l’importance du rythme que vous imprimez à vos parties. Ici je me contenterai de dire qu’alterner les phases assises et debout est un bon outil pour apporter du rythme. Levez-vous lors des scènes tendues, importantes, stressantes. Rasseyez-vous  pour les moments d’accalmie et de relâchement. Les joueurs y seront sensibles et dès que vous vous lèverai leur instinct leur dira « fais gaffe, le MJ se lève, ça va péter ». Utile aussi pour mettre un terme à un moment de calme qui dure trop longtemps. Ou pour entamer la partie sur des chapeaux de roue une fois que tout le monde a donné des nouvelles du petit dernier ou donné son avis sur le parachute du chasseur TIE dans le Réveil de la Force.

Bouge ta figurine toi-même, paresseux !

Lors des parties où vous utilisez des figurines, rien de pire qu’entendre quelqu’un dire « tu peux bouger mon bonhomme de deux cases à droite. Non, moi c’est l’elfe. Non, l’autre droite ». D’abord ça fait trente secondes de perdues, ce qui tue le rythme du combat, et en plus ça réduit fortement l’immersion. En tant que MJ, montrez l’exemple et approchez de la table pour bouger vos figurines vous-mêmes. Et indiquez aux joueurs qu’ils peuvent (doivent) faire de même.

Les arguments contre

Ô toi lecteur avisé et critique, je sais qu’à ce stade tu as déjà des objections contre le MJ debout. Ne te fatigue pas, je vais déjà t’en donner plusieurs :

Mais je dois me rasseoir pour lancer les dés… Et pourquoi donc ? Le résultat des dés est-il un secret qu’il faut absolument garder ? Est-ce pour pouvoir tricher ? C’est vrai que ça peut parfois être utile de manipuler le résultat des dés. Mais la plupart du temps cacher les dés aux joueurs n’apporte pas grand chose. Au contraire, les lancer à la vue de tout le monde ajoute de la tension puisque si votre méchant obtient une réussite critique, les « oh merde ! » vont fuser des quatre coins de la table. Et ce genre de « oh, merde ! », est-ce que ce n’est pas le genre de réaction qu’on souhaite obtenir ?

J’ai besoin de mes notes et de mon écran… D’abord, vous pouvez rester debout à votre place. Les déplacements autour de la table c’est du cadeau bonus. Ensuite, faites un test lors de votre prochaine partie : combien de fois compulsez-vous réellement votre écran ? Tant que ça ? De mon côté, à part les jeux qui utilisent une table de résolution (comme INS/MV), je n’en ai pas tellement besoin. C’est un peu pareil pour les notes. On les compulse ou on les complète bien plus souvent pendant les moments calmes que pendant les scènes tendues. Le MJ planqué derrière son écran avec 84 feuilles de notes, c’est tellement années 90…

Mais c’est fatigant de rester debout… Je pourrais tomber dans le cliché et dire que puisque tu es rôliste, tu manges trop gras, trop salé, trop sucré et que bouger ton corps ne te fera pas de mal. Mais pour ne vexer personne je vais surtout dire que mener une partie, c’est fatigant, par défaut. Même assis. En tout cas, moi, après 4 ou 5 heures, je suis cuit, mon cerveau bourdonne. Debout ou pas, ça ne change rien. Je dirais même que le dynamisme d’être debout réduit la fatigue intellectuelle.

J’ai pas beaucoup de place… C’est sûr, si la pièce est petite et que vous risquez de poser le pied dans la litière du chat ou d’écraser une poupée Reine des Neiges (le pire serait de ne pas la casser mais de déclencher un Libérée, délivrée tonitruant), c’est pas très pratique. Vous pouvez néanmoins vous cantonner à vous mettre debout à votre place, sans vous déplacer. Et si vous n’avez même pas de place pour reculer votre chaise, n’en prenez simplement pas. Vous ne pourrez pas vous rasseoir, mais vous pourrez essayer la posture du MJ accroupi…

.

danetteBref. Vous pouvez ne pas me croire, mais je suis persuadé qu’un MJ debout offre une expérience plus marquante à ses joueurs. Une astuce facile à mettre en place et qui ne coûte rien. Alors essayez, et dites-nous ce que vous en avez pensé. Et si vous avez d’autres trucs du même goût ou un retour d’expérience à partager, n’hésitez pas à commenter !


9 responses to “Il menait ses parties debout…

  • Mehdi NABIL

    très bon article il aurais eu sa place dans le recueil « mener des parties de jeu de rôle » du Lapin Marteau

  • derynnaythas

    Tous les points positifs sont vrais! Par contre mes joueurs s’inquiétent quand je rôde dans leur dos, il y a des armes blanches disséminées sur les étagères 🙂 La posture debout est même indispensable pour les initiations au loisir, les jeunes rôlistes étant visiblement rassuré et pouvant se concentrer sur quelque chose, avant de finir par se lâcher!

  • Borde Micaël

    Super article… Même si tu prêche un convaincu, maitrisant mes parties à 90% debout.

  • Stéphane Gallay

    Perso, je préfère maîtriser assis et, de préférence, au milieu des joueurs, pas en bout de table. Parce que, de mon point de vue, le MJ est un joueur comme les autres et, de plus en plus, j’utilise des systèmes encourageant la narration partagée.

    En convention, ça permet aussi de minimiser l’impact du bruit ambiant: on a moins besoin de hurler pour se faire comprendre et moins besoin de tendre l’oreille pour comprendre ce que disent les joueurs.

  • Laurent

    Au boulot comme dans ma maîtrise, je passe une bonne partie du temps debout, mais je n’ai jamais vraiment réfléchi à la valeur que ça pouvait avoir. Belle analyse que je tâcherai de me remettre en tête durant ma partie de vendredi.
    J’ajoute qu’un autre avantage de maîtriser debout est d’avoir une belle vue sur la table : que ça soit pour la map, les fiches ou les bombecs, c’est toujours un plus.

  • Fred

    Au début je me suis dit, tiens un article qui enfonce une porte ouverte. Et à la lecture, je m’en suis voulu d’avoir pensé cela. Pardon.

    C’est une bonne analyse des effets positifs qu’apporte une maîtrise un peu plus dynamique et mobile.
    Etre MJ, c’est aussi des effets type « mise en scène » autour d’une table. On fait ce que l’on peut avec ce qu’on a mais ça peut déjà donner de bons résultats.
    Les efforts pour être le moins subjectif possible sont vraiment louables.
    Petit bémol, le passage sur le lancer des dés devant l’écran mériterait un article complet, tellement ça change du confortable « bruit derrière le paravent ». Mais là, je chipote.

    Un article utile et bienvenu. Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :